Qui sommes-nous ?

L’amour du végétal :
une histoire de famille
Je m’appelle Jean Nicolas. En 1930, j’ai construit la troisième conserverie de Rosporden, dans le Finistère. Une véritable histoire de famille : j’ai même mis la photo de ma nièce Antoinette sur nos boîtes de conserves ! Même si le travail était dur, notre métier était simple : travailler les légumes cultivés dans les fermes bretonnes, pour proposer des produits naturels, sains et savoureux.

En 1945, j’ai confié les rênes de l’usine à mes fils qui ont eu à cœur de développer l’entreprise familiale.
Au fil des décennies, nous avons vu l’entreprise évoluer pour continuer à incarner fièrement le patrimoine agricole breton. Et qui aurait pu croire que son savoir-faire s’exporterait un jour jusqu’en Afrique !

Depuis 1999, la marque Jean Nicolas fait partie du groupe Eureden, avec lequel elle partage des valeurs fortes de qualité, d’authenticité et de coopération.

Plus de 90 ans après sa création, Jean Nicolas n’a pas fini de se réinventer et de réaffirmer son ADN : nous sommes « Conserveurs bretons depuis 1930 », et fiers de nos origines. Notre nouvelle identité graphique est à l’image de notre marque : authentique, bretonne et pleine de personnalité !

Ces anecdotes et photos précieuses nous ont été fournies par HPPR - Histoire et Patrimoine du pays de Rosporden. Nous les en remercions !

Notre histoire de 1930 à aujourd’hui

5 septembre 1888

Jean Nicolas nait dans une famille de cultivateurs de Scaër, Finistère

1912

Jean Nicolas épouse Joséphine Bourhis, avec qui il aura 4 fils : Jean (né le 28 avril 1920, à Rosporden), Corentin, René et Robert

1930

Jean Nicolas créée la troisième conserverie de Rosporden, Finistère

1936

La mise en conserve s’industrialise et la production augmente mais la guerre stoppe cet élan. Les conserveries rospordinoises passent sous le contrôle allemand.

1945

Jean Nicolas (fils), alors âgé de 25 ans, à peine plus vieux que ses salariés, devient directeur de l’usine et son frère Corentin s’occupe des relations avec les paysans.

1953 à 1969

La production de conserves de légumes est multipliée par sept à Rosporden. L'usine met en conserve des légumes ainsi que du poisson en provenance de Concarneau et de Lorient. La priorité : travailler toujours le frais. Le petit pois doit être travaillé dans les trois heures après l'écossage. Jean Nicolas est élu administrateur du syndicat départemental de la conserve et siège au conseil d'administration de la Fédération nationale de la conserve à Paris.

1955

Robert, le dernier fils, part diriger la nouvelle usine «ultra-moderne» construite à Roye dans la Somme pour ses opportunités agricoles.

Années 1970

Avec le développement des grandes surfaces, le marché change. Les grands distributeurs imposent leurs marques et leurs prix. La concurrence devient féroce et les prix baissent.

1971

La recette de petits pois à l’étuvée cuisinés avec oignons blancs, persil et laitue est reconnue par le guide Gault et Millau.

1973

La famille Nicolas cède ses usines de Rosporden et de Roye à la SCGC (Société Compagnie Générale de Conserves) qui revend l’usine rospordinoise à Boutet, créant ainsi la marque Boutet-Nicolas.

1976

Année de sécheresse, la production souffre. Malgré tout, l'entreprise travaille avec 100 agents multicartes et vend environ 25 000 tonnes de légumes par an.

1986

L'entreprise séduit le marché américain ; le volume des ventes double (51000 t).

1987 et 1996

Boutet-Nicolas rachète l’usine de conserve de Carhaix et la conserverie Ravalec de Concarneau.

1997

Les prix s’effondrent. Boutet-Nicolas s’en sort affaiblie même si la production atteint 100 000 tonnes

1999

Une nouvelle crise entraîne la vente de la conserverie au groupe coopératif Cecab, lui-même fruit du regroupement de 5 coopératives morbihannaises.

2001 à 2012

La conserverie fait face à une guerre des prix très violente, le site de Coat-Canton doit fermer, le nombre d’usines diminue, le site de la rue Renan et la plateforme d’expédition ferment leurs portes.

2015

Le groupe Cecab change de nom et devient « Groupe d’aucy ».

1er janvier 2020

Les groupes coopératifs d’aucy et Triskalia s’unissent pour créer Eureden.

2020

À l’occasion des 90 ans de la marque, un groupe de travail est créé au sein d’Eureden afin de lui donner un nouveau souffle : la petite Antoinette s’affine et gagne en élégance, elle reste auréolée de bleu, couleur de l’océan, emblématique de la marque, l’ancrage breton est réaffirmé, le légume est présenté sous sa forme brute, pour mettre à l’honneur la fraîcheur et la naturalité des produits.

2021

Les produits Jean Nicolas relookés arrivent en rayon et de nouvelles gammes sont créées.

Demain

Demain : l’aventure Jean Nicolas se poursuit à travers les femmes et les hommes qui en portent les couleurs et en préservent l’esprit de famille, et à travers tous les gourmands qui en savourent les produits au quotidien !

* Histoire et photos tirées d’une exposition organisée à Rosporden en 1998 par Monsieur et Madame Dupont.

Notre savoir-faire :

le légume de la terre à la fourchette …

… un cycle qui perdure depuis 1930

Une entreprise coopérative
Le groupe coopératif est un modèle d’entreprise démocratique à la gouvernance moderne et fondé sur des valeurs de responsabilité, de solidarité, d’équité et de transparence.

Gouvernance

1

Production et mise en boite

2

Rémunération et investissement

3

Gouvernance

1500 producteurs-adhérents, intéressés économiquement dans la logique de développement durable et vertueux de la coopérative

Conseil d’Administration composé d’agriculteurs issus des 4 départements bretons et représentatifs de toutes les productions agricoles.

Gouvernance démocratique : 1 homme = 1 voix

Production et mise en boite

Production, collecte et transformation des produits

Contribution durable à l’économie locale

Rémunération et investissement

Nombre réduit d’intermédiaires = rémunération de nos agriculteurs

Mise à disposition : outils de production et de transformation, R&D, marketing, caisse de solidarité en cas d’aléas climatiques impactant les récoltes …

Menu ~